Sage femme


Voici venir du point de vulve, l'essence par grande mère semée en tic d'inition à initiation sans nation à raison d'oraisons pour paons et pas Pan; pires papas empourprant par poings ses prisons sécrétions d'éjaculations devenues descendance où s'y laisse et s'y virgule, la vie

J'y crie

Encore

Et j'ai rance quand bien j'aime l'aigrette chevauchant la lune rose sous le lait des vipérines qui dentellent le début du coin de ciel bleu cependant caméléon nébulaire, il ne pleurera pas c'est sûr car soudain se scande l'oeuf divertissant ce silence synthèse d'ondes nitescentes peut être pâles certes ou sondes des descentes astrales oranges alors soupirant l'orage que tous cherchent à séduire hormis lyres céréalières déchaînées sous ces certains caprices certifiés grâce aux fourmis cerises de foudre que poussièrent quelques traces assoiffées sans cyprinescence si forge fort la marée des airs mais souris cavalcade puisque on ne se voit pas bec à bec avec ces plumes d'anges n'étant que tares à délester bien évidemment en suivant le coucou couché sur le cou du coudrier en culte aquifère, en cris d'encre, en ancre crue, à peine éclose toujours reliée à la terre, en forme d'eau et de flamme, en vent de sang, en seins volcans car sans science, sait qui fait naissance.